Europe Ministère de la Culture et de la Communication Région Réunion Le Port Consiel général de La Réunion
 
Des étudiants à Durban (Afrique du sud)
Samedi 20 février 10 étudiants de 2e année de l’ESA Réunion

les étudiants s'envoleront pour la DUT (Durban University of Technology) pour une immersion de 2 mois dans la faculté d'art et de design.

Ils seront accompagnés au cours de la première semaine par trois enseignants : Markus Arnold, enseignant en Anglais et responsable des relations internationales, Noémie Brion enseignante en design et Kristof Dènmont enseignant en peinture).

Initié par Delphine Colin, chargée de mission coopération régionale à l'Alliance Française de Durban, ce projet d'échange entre les deux établissement s'appuie sur le désir mutuel d'ouverture culturelle et de vocation internationale de l'ESA et de la DUT.
En proposant un échange pédagogique axé sur la culture, dans sa dimension artistique et linguistique, ce projet vient renforcer les partenariats déjà existants entre l'ESA et des pays de la zone Océan Indien, et s'inscrit pleinement dans la politique de coopération régionale.
Cet échange se développe en deux temps : tout d'abord avec la venue des étudiants réunionnais à Durban à partir du mois de mars et la deuxième phase prévoit la venue des étudiants Sud-Africains à la Réunion, vers Septembre/Octobre.

Un long travail de préparation logistique et pédagogique a été nécessaire de la part des équipes pour l'organisation de ce séjour :

En amont, mise en place de toute la logistique pour :
le logement des étudiants,
le planning des cours à suivre à DUT,
le programme des visites de Durban et des environs,
les rencontres avec des institutions artistiques de Durban (galeries, musées, artistes locaux)

Sur place, pendant le séjour des étudiants à Durban :
coordination de ces cours et activités ;
encadrement des recherches des étudiants et développement de leur projet artistique
proposition de workshops communs pour les étudiants de DUT et de l'ESA

Ce projet d'échange présente des intérêts artistiques, culturels et linguistiques pour les deux parties :

Pour les étudiants de l'ESA, ce projet permet :
de développer un projet artistique sur place, lié à la réalité africaine : problématiques d'ordre architectural, social, politique, artistique…
de développer une réflexion en lien avec les axes de recherche de l'ESA
de découvrir une autre culture et un pays riche en contrastes, complexe dans son histoire et en plein développement artistique
de participer à des cours à DUT, afin de découvrir un autre type de formation artistique que ce soit en design (graphique ou architecture d'intérieur) ou en art (vidéo, photographie, dessin/peinture)
de renforcer leur pratique de la langue anglaise

Pour les étudiants de DUT, ce projet permet :
de participer à des cours et workshops à l'ESA afin de découvrir d'autres pratiques artistiques
de découvrir la culture réunionnaise
de développer leur pratique du français, avec des cours renforcés au CIEP

Les partenaires de la DUT et de l'ESA pour ce projet :
• DAC-OI
• Préfecture (SGAR)
• La DAREIC (Rectorat de la Réunion)
• Alliance française de Durban
• Ambassade de France en Afrique du Sud (SCAC)
• CIEP antenne Réunion
• Ville du Port
• La Région Réunion


 

Taxe d’apprentissage 2016
Ecole supérieure d'art de La Réunion

 

Seul impôt qui vous laisse le choix du bénéficiaire, la taxe d'apprentissage nous permet chaque année d'offrir aux 150 étudiants de notre établissement un enseignement d'excellence axé sur l'expérimentation, la créativité et la professionnalisation.

Au moment où l'innovation est au cœur de toutes les stratégies de développement et parce que vous vous sentez concernés par la jeune création et son avenir, versez votre taxe d'apprentissage à l'ESA Réunion !!

- Soutenez le seul établissement francophone d'enseignement supérieur artistique de l'Océan Indien délivrant des diplômes européens. Membre de l'agence Universitaire de la Francophonie qui regroupe plus de 600 universités dans le monde, l'ESA est ancrée au cœur des échanges Nord-Sud et Sud-Sud et s'engage fortement dans la mobilité internationale, avec une quinzaine d'établissements partenaires en Europe, auxquels s'ajoutent des partenaires internationaux et dans la zone Océan Indien (L'Afrique du Sud, le Mozambique, l'Inde, l'ile Maurice, le Canada, le Brésil, le Mexique…)

- Contribuez à des formations d'excellence et à l'insertion professionnelle des jeunes talents dans le champs des industries culturelles et créatives de notre territoire !

- Donnez à votre entreprise l'opportunité de créer des liens solides avec le monde de la création (étudiants, artistes, enseignants, chercheurs) en étant associé toute l'année aux événements organisés par l'école (expositions, portes ouvertes, conférences, rencontres avec les créateurs, Workshops, etc...).

Téléchargez le formulaire de versement de la taxe

Contact :

Elise Cadren
Secrétaire générale
École Supérieure d'Art de La Réunion
102 avenue du 20 décembre 1848
B.P.246 - 97826 LE PORT cedex
Tel  : 02.62.43.08.01 - Fax  : 02.62.43.08.02
Direct  : 02.62.43.15.44 - Mobile : 06.92.14.36.15
elise.cadren@esareunion.com

 

Rencontre avec Catherine Baÿ
artiste, chorégraphe et metteur en scène et directrice artistique de « The Window », Paris,

« J'empreinte au théâtre : le jeu, j'emprunte à la danse : l'espace, je recherche dans les arts plastiques à mettre en perspective des éléments hétérogènes favorisant l'analyse. La danse, le théâtre ne me suffisent pas et c'est dans les arts plastiques que je trouve la recherche sur la performance la plus riche ».
Catherine Baÿ

Connue pour ses créations sur le personnage de blanche-neige, Catherine Baÿ développe depuis 1994, des performances spécifiques qui questionnent les modes de représentation, telles que Jack in the box ou encore le projet Hamlet/Pôle emploi en cours de production.
Après des études de théâtre (École Jacques Lecoq, Philippe Gaulier, Antoine Vitez), d'ethnologie (Jean Rouch) et de danse (notamment avec Marcia Barcello, Philippe Decouflé, Milly Nichols), elle développe, depuis une dizaine d'années son travail de chorégraphe et de metteur en scène. Son parcours la conduit à se promener à travers les formes (chorégraphie, performances, mise en scène, vidéos, cabaret) et à collaborer avec des artistes de différents champs d'expression.
De 1987 à 1994, Catherine Baÿ orchestre des performances et des événements dans différents types d'espace : piscines, boîtes de nuit, friches industrielles et les galeries Yvon Lambert, Anne de Villepoix… Elle collabore notamment avec les plasticiens Combas, Jean-Charles Blais, Sylvia Bossu, les architectes Laurence Bourgeois et Pascale Lecoq, les acteurs-danseurs Alain Rigout, Amy Garmon et Laurence Levasseur.
Parallèlement à ses créations, Catherine Baÿ dirige la galerie « The Window » créée avec Gilles et Roël Stassart en 1999. Situé dans le 10e arrondissement de Paris, ce laboratoire de création est une vitrine et une plateforme d'échange en lien avec son environnement immédiat.

Source : http://catherinebay.blogspot.com

À l'ESA en salle de conférence le mercredi 24 février à 18h

entrée libre


 

Rencontre avec Fiona Lindron et Annelise Ragno
Créatrices des Ateliers Vortex

Fiona Lindron et Annelise Ragno sont avec Thomas Fontaine, Sylvain Marchand, et Lisbeth Loevbak Berg, les fondateurs des ateliers Vortex.

Fiona Lindron
Son écriture s'inspire de rencontres humaines et géographiques afin de réaliser des évènements filmés, des photographies et des textes.
"Le surnaturel et le fantastique ne sont pas loin (…) Comme une réalité plus forte, le regard de Fiona Lindron défait le réel. Ses images provoquent des émotions profondes. Son travail s'articule sur la manière dont ses sensations, ses sentiments produisent une image possible. Au cœur des préoccupations de Fiona Lindron, on ne croise ni la sphère de l'intime, ni la banalité du réel mais plutôt la subtile transformation d'un réel vécu subjectivement en d'étranges autofictions".
Bertrand Charles

Annelise Ragno
Elle nous livre à travers un certain illusionnisme des images qui ne se laissent pas déchiffrer au premier regard et qui offrent au regardeur tout un monde d'indices à appréhender.
L'œuvre vidéo d'Annelise Ragno génère à la fois de l'énigme et de la fascination. Au moyen de cadrages serrés, elle filme le monde commun : sa trivialité et son habituelle invisibilité. Un terrain de recherche en prise avec le réel qu'elle souhaite bousculer en créant des passages entre l'ordinaire et l'inattendu. (...) Les sujets sont finement étudiés, immobiles ou mouvants. Ils s'inscrivent au cœur de chorégraphies physiques et charnelles. Les films sont courts, répétés en boucle, sans véritable début, sans véritable fin. Les repères habituels sont annulés. Annelise Ragno restitue des fragments du monde réel, ils sont comme suspendus dans le temps et dans l'espace. La boucle et le choix du cadrage resserré sur le sujet instaurent un trouble, un malaise ou bien une tension. Le regardeur perçoit une amorce narrative à laquelle il cherche un prolongement, une cause, un sens. Parce qu'elle s'empare d'un moment, d'un silence, d'un geste, d'un regard, d'un objet, l'artiste procède à leur extraction du monde commun. Ce qui nous semble familier est progressivement rendu inquiétant, mais aussi captivant et hypnotisant. Il s'agit alors de modifier les valeurs : physiques, temporelles, spatiales. Par l'observation attentive des mouvements, l'artiste ralentit et retient la course des actions ordinaires qui, chaque jour, nous échappe un peu plus.
Julie crenn Mars 2014

Les deux artistes présenteront leurs travaux et Les Ateliers Vortex.

Les Ateliers Vortex
Espace de création et d'expérimentation, ces ateliers se placent dans une ancienne fabrique située dans une friche industrielle. L'architecture et les grands volumes deviennent le réceptacle idéal pour différentes formes de création.
Les Ateliers Vortex ouvrent aussi leurs portes pour des événements ponctuels comme des soirées performances, des programmations vidéo, et s'engagent à soutenir les artistes en proposant la production de multiples.

À l'ESA en salle de conférence le jeudi 18 février à 16h30

entrée libre
 

 

Fusion
Erasmus +

Accrochage réalisé sous la houlette de Sasha Nine, Professeur d'Enseignement Artistique à l'ESA Réunion.

Fusion est une exposition réalisée par les étudiants accueillis à l'ESA dans le cadre de la mobilité internationale.
Mêlant peintures, photographies, installations et vidéos, l'exposition est à l'image de leur séjour à la Réunion, fait de de diversités dans les rencontres, les matériaux et les idées.
Fusion est le fruit d'une collaboration artistique, une expérience riche et sensible du vivre-ensemble et de la création dans le contexte stimulant d'une école d'art.

L'exposition Fusion sera présentée dans la galerie de l'ESA lors des portes ouvertes

du 10 au12 février 2016

entrée libre


 

 

Furyo de Nagisa Oshima avec David Bowie
Soirée Bowie/Oshima

«1942, Ile de Java, Indonésie. Un bataillon anglais est fait prisonnier par les japonais qui contrôlent la région. Une occasion unique de faire connaissance...»

Film dramatique de 2h, réalisé par Nagisa ?shima en 1983 aux 2tats-Unis.
avec : David Bowie

(c) Recorded Picture Company
(c) Oshima Productions

Mercredi 10 février à 18h30

en salle de conférence

entrée libre

Soirée Bowie/Oshima
avec projection d’extraits et de film

                                              Ce n'est pas le tabou qui me fascine, mais l'érotisme. Or on s'aperçoit que tout ce qui est à la base de l'érotisme est indissociable de la notion de tabou
Nagisa Oshima

Suite à la mort de David Bowie certains médias ont insisté sur ses comportements scandaleux, son androgynie, son « ambigüité » sexuelle, rappelant ainsi le reproche que la mère du héros de Last Days (2005, Gus Van Sant) faisait à son fils « Tu incarnes tous les clichés du rock'n'roll ! ».
Il a y aussi beaucoup été dit que David Bowie changeait constamment de style musical et de personnage, que son identité se caractérisait par une schizophrénie.
On peut retrouver beaucoup de cela dans la manière dont le cinéaste Nagisa Oshima a mené sa carrière, entre scandale de la représentation sexuelle ayant donné sur un procès célèbre au Japon avec L'Empire des sens (1976), et parti pris formel changeant d'un film à l'autre. Mais au-delà de ces généralités, la principale raison de la réunion de ces deux noms ici est leur collaboration sur un film : Furyo (1983).
Il s'agira donc lors de cette conférence de donner à voir, au-delà des circonstances et stratégies politico-économiques (on sait que Oshima était très calculateur, loin d'une relation purement désintéressée à son art), comment l'image de David Bowie nourrit le cinéma de Nagisa Oshima.
Le film se déroule dans un camp de prisonniers durant la deuxième guerre mondiale et raconte les relations qui se nouent entre les prisonniers occidentaux, britanniques et leurs geôliers japonais. Le point d'orgue de ces relations se joue dans la tension homoérotique entre le chef de camp, interprété par le musicien Ryuichi Sakamoto et le prisonnier britannique, interprété par David Bowie. On peut aussi parler de choc des cultures, mais cette lecture trop simpliste passe au second plan. La fascination et la répulsion qu'inspire le personnage interprété par David Bowie aux personnages japonais du film n'ont pas de lien réel avec son origine culturelle ou ethnique ; elles sont liées à son aspect physique « singulier » et à son comportement « mystérieux ». La relation de ce personnage au camp de prisonnier trouble les codes, la hiérarchie. Mais ce n'est pas seulement à cause de son insolence envers les maîtres du lieu, à son refus d'obéir, qu'il y a trouble des codes. C'est la fascination qu'éprouvent les geôliers pour cette figure qui les met au défi qui ouvre sur le scandale.
Une dizaine d'années après ce film, Nagisa Oshima reprendra cette partition, sur la fascination qu'exerce une figure androgyne sur un groupe de militaires, avec le film Tabou (1999), qui se déroule dans un clan de samouraïs durant la période d'ouverture du Japon à l'Occident.
Mounir Allaoui

Conférence donnée dans le cadre des portes ouvertes le 10 février à 17h30

en salle de conférence de l'ESA réunion

entrée libre


 

Journée portes ouvertes
rendez-vous aux portes ouvertes

Venez nombreux découvrir les écoles, les cursus et les métiers auxquels les deux écoles préparent...

PROGRAMME ESA Réunion

 13h30 - 14h30
• Accueil des visiteurs, visite de l'école (diffusion de morceaux choisis de David Bowie).

14h00 – 14h45
. Présentation par la Directrice de l'ESA en salle de conférence
. Intervention des chercheurs-enseignants, du coordinateur des relations internationales et de la coordonnatrice de la vie scolaire.

14h45 –16h30
. Exposition Erasmus (galerie)
. Exposition de Simon/Murielle ( ?titre)
. Ateliers de démonstration
. Echanges avec les étudiants et avec les enseignants
. Découverte des ateliers, des salles de cours et des expositions

16h à 16h30 > diffusion de morceaux choisis de David Bowie

17h30
• Soirée Bowie/Oshima
. Conférence de Mounir Allaoui "Scandale, subversion et fascination : Bowie chez Oshima"
. Projection d'extraits de films

18h30
Projection de Furyo de Nagisa ?shima, 1983

PROGRAMME ÉCOLE D'ARCHITECTURE

13h30 – 15h00
• Exposition des travaux des étudiants
• Accueil des participants, visite de l'école

15h00 – 16h00
• Intervention en amphithéâtre :
• Présentation par le Directeur de l'école
• Témoignages d'Architectes

16h – 17h30
• Visite d'un atelier, échange avec les enseignants
• Projections travaux des étudiants en salle 1 et 2
• Echange avec les étudiants de l'école

 

Facebook